Ce livre, j'ai bien failli ne jamais le lire car au moment de sa sortie en librairie en 2012 je l'avais boycotté. Ce n'est pas parce qu'on s'appelle P.D. James et qu'on est la reine du roman policier outre-manche qu'on a le droit de s'attaquer impunément à l'oeuvre de la grande Jane Austen !!! Autant dire que l'histoire était fort mal partie. 

  

mort_pemberley_p

 

Et puis finalement, il y a quelques semaines, alors que nous étions partis en vadrouille dans les dépôts-ventes, je suis tombée sur un exemplaire de l'ouvrage et le prix (prohibitif?!? 2,5€) m'a décidée à m'en faire une opinion.

 

Résumé :

Six ans après son mariage, Elizabeth Darcy coule des jours heureux à Pemberley auprès de son mari et de ses deux fils. Malheureusement, la veille du bal de Lady Anne, un terrible évènement vient troubler cette vie tranquille. Un meutre a lieu dans les bois de Pemberley et le principal suspect n'est autre que Wickham beau-frère d'Elizabeth et ennemi juré de son époux. Wickham est-il réellement coupable ? 

 

Alors justement quelle est mon opinion sur l'objet du délit ? 

Malgré mes réticences initiales, je dois bien avouer avoir pris un certain plaisir à lire cette suite d'Orgueil et Préjugés. Au bénéfice de l'auteure, on aime à retrouver les personnages qui nous ont charmé dans les romans de Miss Austen et P.D. James a su rester fidèle aux caractères que nous connaissions déjà. Six années se sont écoulées depuis la fin de P&P (= Pride & Prejudice, titre originel d'Orgueil et Préjugés) et l'on a plaisir à retrouver une Mrs Darcy, anciennement Miss Elizabeth Bennet, maîtresse de Pemberley ainsi que bon nombre d'autres personnages qui ont chacun évolué, se sont mariés, ont eu des enfants,...

L'enquête policière est également agréable à suivre, le rythme relativement lent permet de s'attacher aux doutes et aux perturbations qu'entraînent nécessairement un meurtre dans la vie bien rangée d'un domaine comme Pemberley.

La reconstitution historique est de bonne qualité même si on peut regretter quelques considérations féministes anachroniques : Jane Austen est parfois considérée comme féministe mais les revendications des héroïnes imaginées par P.D. James paraissent tout de même un peu radicales pour un début de XIXe siècle et surtout formulées d'une manière qui aurait paru tout à fait inconvenante. 

Reprenant une ruse de Jane Austen, la romancière nous offre un rebondissement final un peu attendu et tombant assez mal je trouve. La fin est somme toute très convenue et attendue et le dernier chapitre d'une longueur tout à fait inutile et redondant par rapport à P&P.

A noter le croisement de personnages venant d'autres romans de Jane Austen. Si la première fois, le lecteur est agréablement surpris, ce n'est pas le cas pour la seconde, où l'effet est fort mal maîtrisé et inopportun à ce moment du récit.

 

En bref, une lecture où l'on retrouve avec plaisir les personnages attachants de Jane Austen qui restent fidèles (globalement) aux romans originaux. Un ouvrage malgré tout sans grande surprise et qui souffre de quelques manoeuvres un peu grossières de l'auteure. Un livre que j'ai pris plaisir à découvrir mais qui ne fera clairement pas partie du club de leurs illustres aînés qui ont droit à une relecture annuelle.

A conseiller à tous les fans de Jane Austen mais pas seulement, n'espérez cependant pas trouver le chef d'oeuvre absolu.